fbpx

Les nouvelles du FRDSÎM – Février 2019

Le 14 février avait lieu le webinaire dédié au thème de l’influence des acteurs sociaux sur les mesures et les politiques publiques. Plus particulièrement, les participants au webinaire ont exploré quelques formes innovantes – ou nouvellement adoptées – de participation sociale à la gestion municipale et d’accompagnement des groupes de citoyens en vue de l’exercice d’un pouvoir citoyen concret dans l’espace public. 

 

Pratiques exemplaires de Montréal et de Barcelone  

La réflexion s’est articulée autour des expérimentations concrètes, telles que le budget participatif mise en application à Montréal et ailleurs au Québec. Elle a porté aussi sur les pratiques à Barcelone, une ville qui a connu une explosion d’initiatives novatrices, réunies sous le vocable de « communs » référant aux formes de gestion collective des ressources partagées.

Le gouvernement municipal barcelonais a intégré bon nombre de ces initiatives à ses politiques publiques, créant ainsi des plateformes citoyennes municipalistesLa plateforme numérique Decidim permettant, entre autres, le dépôt de projets de loi par les citoyens auprès de l’administration municipale, n’est qu’un exemple parmi une myriade d’autres initiatives nées à Barcelone. 

Pour ce qui est du budget participatif, il connaît un succès partout au Québec devenant une pratique de plus en plus rependue à Montréal avec un taux de participation environnant 2% de la population de l’arrondissement ou du quartier (selon la portée du processus de budget participatif). La présentation d’Isabelle Gaudette (Centre d’écologie urbaine), spécialiste en accompagnement de processus de budget participatif, a soulevé des enjeux intéressants, tels que la nature plus démocratique du vote physique par rapport au vote électronique qui continue aujourd’hui à susciter davantage la participation des personnes ayant eu accès à l’instruction et aux moyens technologiques.  

 

Pour un plan d’action adapté à la demande sociale 

Dans la continuité de la popularité grandissante du budget participatif à Montréal, nous pourrions réfléchir collectivement aux modalités d’intégrer ce type de pratiques aux futurs plans d’action municipaux associés à la Politique de développement social. La Politique de développement social comporte quatre axes d’intervention dont le soutien de la participation citoyenne et de l’engagement social qui, souhaitons-le, prévoira un ensemble unifié et cohérent de mesures permettant le développement des espaces délibératifs.  

 

Une hirondelle qui fera notre printemps 

Avec ce webinaire, nous voulions expérimenter de nouveaux lieux de rencontres et de transfert de connaissances des acteurs du développement social, plus « souples » et qui facilitent la participation grâce à une économie de moyens. Dans les suites de ce premier webinaire, l’équipe du Forum, épaulée par son Conseil d’administration, et aiguillonnée par quelques participants enthousiastes, réfléchit aux modalités de prolonger les interactions au-delà du webinaire.  

La vidéo du webinaire sera diffusée prochainement sur le site web du FRDSÎM et sur Facebook. Nous l’intégrerons également dans l’édition du mois de mars du bulletin Synergir.
ÉCRIVEZ-NOUS POUR RECEVOIR L’ENREGISTREMENT DU WEBINAIRE PAR COURRIEL.

 

 

Il nous fait aussi plaisir de vous partager les commentaires provenant d’un des participants au webinaire. 

« J’ai beaucoup apprécié ce webinaire pour plusieurs raisons. Premièrement, le thème m’interpellait comme promoteur de la prise de parole des personnes qui vivent la faim dans la formulation des politiques publiques.  Deuxièmement, j’ai trouvé intéressant l’idée de le traiter de deux expériences concrètes : le budget participatif et des initiatives de gestions de « communs » à Barcelone.  

Les personnes qui ont parlé de cela ont été très claires et l’animation agréable et à l’écoute de toutes les interventions.  Troisièmement, la technologie utilisée m’a permis de participer à une activité à laquelle je n’aurais pas pu participer si elle avait été organisée autrement.

J’étais content aussi de la préoccupation des organisateurs de l’activité de chercher de nouvelles formes de participation citoyenne autant dans ce que cela pourrait signifier dans la gestion de certaines initiatives et dans la formulation des politiques que dans l’utilisation de nouveaux moyens pour mettre en lien les personnes par l’usage des nouvelles technologies.

Le format était aussi intéressant. Une activité, d’une heure et demie, compatible avec nos activités professionnelles.  Cependant, la période de discussions pourrait être prolongée par des échanges sous la forme d’un forum de discussion pour au moins deux semaines après le webinaire. Cela nous permettrait de poser les questions et les réflexions sur le thème que nous nous posons généralement après la fin d’une activité intense.

J’ai déjà partagé mon expérience avec mes collèges et j’espère que la diffusion de la documentation présentée sera l’occasion pour renforcer les liens que cette activité nous a permis d’établir et pour planifier les prochaines avec les suggestions d’amélioration des autres participants sur le contenu du thème traité. J’ai hâte de continuer les échanges, car j’ai des questions et quelques réflexions à partager. »

– Manuel Cisneros, coordonnateur de la formation de la Table de concertation sur la faim et le développement social du Montréal-Métropolitain 

 

Auteure : Victoria Raileanu, coordonnatrice, Forum régional sur le développement social de l’île de Montréal

27 février 2019|